&

Maroilles

& Graves rouge (millésime 2010 si possible)

Le fromage : Maroilles…

Le Maroilles se colore d’une robe orangée, lisse et brillante enserrant une pâte à texture crémeuse avec des arômes puissants. Son odeur caractéristique, très ammoniacale et sa saveur corsée de terroir âpre et ingrat, de foin d’étable, d’une sensation tactile piquante, font que ce fromage ne laisse jamais indifférent. Au palais, la pâte est très crémeuse et tapisse toutes les muqueuses tellement elle est prégnante.

 

La boisson : Graves rouge 2010…

D’une belle robe grenat aux reflets pourpres, ce vin offre un aspect somptueux laissant à penser à une forte générosité de caractère. Au premier coup de nez, on hume des odeurs boisées, épicées, réglissées, de caramel brûlé et ce bouquet s’achève sur un champ de fruits noirs mûrs. En bouche, il garde des ardeurs tanniques, légèrement mordantes, persistantes, suaves, dévoilant des arômes d’épices et de boisé soutenu.

 

L’alliance des textures et des saveurs

Dans l’absolu, peu de vins osent affronter ce fromage tempétueux en saveurs et en flaveurs. On peut choisir une bière du nord, à la rigueur, un champagne à dominante pinot noir et meunier, assez puissant et convenablement dosé. Ces vins-là possèdent des arguments pour répondre aux ardeurs du fromage. Ce Graves rouge fait exception et c’est bien pour cela qu’on le choisira. Il nous démontre le contraire des idées reçues considérant que le Maroilles peut faire quelques exceptions. La preuve, ce Graves dément le postulat parce qu’il a tous les caractères pour s’harmoniser avec ce fromage. Des tanins arrogants mais très aromatiques, une tenue d’ensemble (la texture de la matière, son équilibre acidité/alcool, la redondance de ses flaveurs…) conviennent aux caractères du Maroilles.